Westworld – saison 1

Vous avez peut-être déjà entendu parler de la nouvelle série à succès de HBO: Westworld. Réalisée en 2016 par Jonathan Nolan et Lisa Joy, elle s’inspire du film de Michel Crichton: Mondwest (1973). Je l’ai récemment regardé et c’est pourquoi j’aimerai en parler un peu dans cet article qui sera davantage centré sur la série.

westworld-1

Un parc d’attraction du nom de Delos offre à ses clients la possibilité de se retrouver dans l’époque de leur choix entre western, Rome antique ou encore médiévale. Expérience qui leur paraitra plus vraie que nature puisqu’ils seront parmi des robots que l’on pourrait prendre pour des humains, sauf qu’ils sont commandés à distance par une équipe de techniciens retranchés dans de gigantesques laboratoires.. Deux jeunes hommes d’affaires, Balne et Martin, partent se délasser au parc, mais les robots se détraquent et l’un d’eux, devenu tueur fou, les poursuit.

J’ai personnellement passé un bon moment devant Mondwest bien que ce soit un film qui a tout de même assez mal vieillit. L’intrigue est intéressante et captivante mais j’ai trouvé l’action un peu longue à venir. L’acteur qui m’a particulièrement frappée est Yul Brinner, qui interprète le cow-boy fou. Son visage froid et robotique faisait presque froid dans le dos.

maxresdefault

Même si le film est intéressant, le scénario de la série est indéniablement plus complexe, et c’est ce qui la rend si captivante.

L’intrigue de base est donc la même. En revanche, il y a beaucoup plus de personnages, et donc beaucoup plus de storylines. Le scénario est très recherché et très bien écrit, riche en rebondissements. A plusieurs reprises je me suis dit que cette série était du pur génie. Tellement que c’en est parfois difficile à comprendre et à suivre, surtout au début où j’avoue avoir été complètement larguée. Rassurez-vous on finit quand même par comprendre ah ah, mais si c’est une série sans prise de tête que vous cherchez, ne regardez pas Westworld, car elle ne vous laissera jamais en paix. Vous ne cesserez de réfléchir à des théories sur la suite et sur les personnages de cette histoire aussi bien mystérieuse que fascinante et surtout intense ! Les personnages sont d’ailleurs tous extrêmement intéressant et on sent qu’ils ont tous été énormément travaillés. En une seule saison, on les voit tous évoluer d’une manière assez incroyable. Même certains qui ont pu me paraître un peu plat au début ont réussi à me surprendre, parce que rien n’est laissé de côté dans cette série. Chaque épisode semble être meilleur que le précédent, et je peux vous dire que le dernier était magistral.

Mais la complexité et l’intelligence du scénario et des personnages est loin d’être la seule force de Westworld. Le casting a aussi sa part énorme de mérite dans son succès. Il compte en effet un grand nombre d’acteurs très talentueux, déjà connu pour la plupart. Notamment Anthony Hopkins, qui a su incarner Dr. Ford de manière très poignante. C’est un personnage très énigmatique et fascinant. Personnellement je connaissais surtout l’interprète de Bernard, Jeffrey Wright, car il incarnait le personnage de Beetee dans la saga Hunger Games dans laquelle je l’avais beaucoup aimé alors j’étais très contente de le retrouver ici, dans un rôle très intrigant. J’ai adoré l’interprète de Maeve, Thandie Newton, son personnage est très fort, intéressant mais aussi tellement badass ! J’ai été littéralement bluffée par le jeu d’Evan Rachel Wood alias Dolores, un des personnages principales. Elle a su incarner à la fois une femme douce et rêveuse, mais aussi forte et déterminée. J’aimerais également souligner la performance d’un acteur beaucoup plus secondaire puisqu’il n’apparait que dans les premiers épisodes malheureusement en tant que père de Dolores, Louis Herthum, qui m’aura donné des frissons durant une scène particulièrement touchante.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 Et parce que Westworld est réellement une série parfaite en tout point, même la bande-originale est à couper le souffle. Je ne cesse de l’écouter depuis que j’ai terminé la série et je crois que mon coup de cœur revient à Sweetwater. Le générique est splendide, aussi bien au niveau de la musique que des images. Vous pouvez constater grâce aux différentes photos glissées dans cet article que la série est également visuellement très belle. Des costumes aux paysages, tout y est pour nous en mettre plein les yeux.

298580-jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx

Vous l’aurez compris cette série est un véritable ovni et surtout un véritable coup de cœur. Alors si elle vous tente, n’hésitez plus et foncez ! Il ne me reste maintenant plus qu’à me morfondre en attendant la suite, qui n’arrivera pas avant 2018.

Publicités

George

george-823674

C’est tout à fait par hasard que j’ai découvert ce roman alors que j’errais parmi les étagères de la librairie. J’achète rarement des livres sur un coup de tête mais celui-ci, je ne pouvais ne pas le prendre. C’est tout d’abord la couverture qui a attisée ma curiosité, et puis quand j’ai lu le résumé, j’ai littéralement foncé à la caisse.

Le narrateur est un enfant transsexuel, quelque chose de très peu commun dans la littérature jeunesse et je ne pense pas me tromper lorsque je dis même inexistant (bien qu’on commence à retrouver de plus en plus de livres sur ce sujet dans la littérature pour adolescents tel que Cette fille, c’était mon frère de Julie Anne Peters ou encore récemment Celle dont j’ai toujours rêvé de Meredith Russo). George a 10 ans à peine et depuis toujours elle se sent fille, pourtant la science a décidé qu’il n’en était rien, et tout le monde la voit donc comme un garçon. Elle souffre beaucoup parce qu’elle est obligée de cacher sa véritable identité aux autres. Elle ne sait comment leur faire comprendre qu’elle est une fille et pas un garçon, et les réactions que cela pourrait susciter l’angoisse terriblement. Les élèves de sa classe ne sont d’ailleurs pas toujours sympathiques avec elle, mise à part Kelly sa meilleure amie. La gentillesse et la maturité de ce personnage m’a d’ailleurs émue aux larmes à plusieurs reprises.

George ne se pose aucune question sur son genre, elle est une fille et cela n’en fait aucun doute. Seule notre société est problématique. Tout est en effet très stéréotypé et on s’en rend bien compte à plusieurs reprises. Un garçon ne peut par exemple pas jouer un rôle de fille dans la pièce de théâtre de l’école. Un garçon qui lit des magazines féminins est forcément homo. Bref, ça ne vole jamais très haut et les gens ont souvent les idées très arrêtées. Alors, une fille née dans un corps de garçon ? Inconcevable pour bien trop de monde.

Bien que ce livre ne fasse que 170 pages, j’ai failli pleurer à de nombreuses reprises. Parfois tant la souffrance de George était grande parce que les gens ne voyaient pas ce qu’elle était vraiment ; parfois tant certaines réactions (des adultes notamment) me révoltaient ; mais aussi parce que certains passages sont tout simplement magnifiques, la fin notamment.

La théorie des genres est donc un sujet qui, comme vous le savez très certainement, cause beaucoup de débats. Déjà que l’homosexualité est assez rare en littérature jeunesse, alors la transsexualité ? C’était en tout cas la première fois que je voyais un livre pour les enfants qui abordait ce sujet. D’ailleurs comme il est destiné à de jeunes lecteurs, George est très facile à lire. Le style est très léger et permet pourtant d’apporter une certaine réflexion sur les personnes transgenres, on les comprend forcément mieux et cela permet une ouverture d’esprit encore plus grande.

Vous l’aurez compris, ce livre est un petit coup de cœur. Plein de tendresse et abordable pour tous, il est à faire lire au plus grand nombre, enfants comme adultes. C’est pourquoi j’espère vraiment que cet article vous aura donné envie de le découvrir. Car la transsexualité est un thème important dans notre société qui en fait encore un trop grand tabou et cause ainsi bien trop de souffrances.

Hey ! Beaucoup ont probablement déjà lu le dernier article de mon ancien blog, alors rassurez-vous, je ne vais pas déblatérer une nouvelle fois sur mon retour et le changement de plateforme.

Je tiens juste à présenter comme il se doit ce « nouveau » blog, même si ce sera dans les grandes lignes, c’est un bien meilleur premier article qu’une simple chronique littéraire. Ici seront donc publiés à l’évidence des critiques de livres, mais aussi de séries et de films, et probablement des textes sur tout et n’importe quoi, parfois simplement inspirés d’une photo ou d’une musique, ou parce que j’aurais envie de parler d’un fait d’actualité ou de quelque chose qui me tient à cœur, bref ce dont j’aurais envie voire besoin de parler.

Pour vous présenter un peu mon univers et ma personne (juste au cas où des petits nouveaux se perdraient ici ah ah). Donc je suis une fille de 17 ans, répondant au doux et très commun nom de Manon. Je vis pour la danse, la littérature, les séries, le cinéma, l’art, la musique, le voyage et énormément d’autres choses tel que juste les étoiles et la mer. Je lis principalement de la littérature contemporaine, fantastique, science-fiction, dystopie, Young-adult… et niveau séries et films ce n’est pas vraiment différent 😛

Alors à très vite !

Je vous aime fort,

xx.